Déclaration de Popayán - Horizons de la Gestion Publique et Communautaire de l'Eau 2023

La Plateforme des Accords Publics-Communautaires des Amériques (PAPC) a décidé d'organiser la Rencontre Horizons sur la gestion publique et communautaire de l'eau les 25, 26, 27 septembre 2023 dans la ville de Popayán, Cauca, Colombie, afin de partager des expériences, des connaissances et des vécus qui nous permettent de renouveler notre compréhension des nouvelles et anciennes stratégies de dépossession et de privatisation de l'eau afin de les affronter, de s'organiser et de lutter contre elles.

Des personnes, des organisations et des mouvements des Amériques, d'Europe, d'Afrique et d'Asie se sont réunis pendant trois jours dans la capitale du département du Cauca, rendant hommage à ce territoire où convergent les luttes séculaires des peuples indigènes et des communautés noires et paysannes pour la défense de la terre, des cultures et de l'eau. Mais nous avons le regret de constater que certains de nos camarades d'Afrique et d'Asie n'ont pu être présents en raison de l'injustice et du racisme qui caractérisent la mobilité internationale à travers l'octroi arbitraire et inéquitable de visas et de titres de voyage. Nous déplorons les obstacles à l'entrée en Colombie de nos compagnons du Sud, qui démontrent que la mobilité internationale est contrôlée par des forces racistes et coloniales qui limitent les possibilités de solidarité en face-à-face entre les peuples anciennement colonisés. Nous insisterons pour faire tomber les barrières, rencontrer et renforcer les échanges des peuples du Sud.

Par notre présence en Colombie, nous rendons également hommage au grand fleuve Cauca dans son bassin supérieur, à ses affluents, les fleuves Molino, Piedras, Pisojé, Palacé, sources actuelles d'approvisionnement en eau de la ville de Popayán, ainsi que le fleuve Vinagre, qui prend sa source dans l'ancienne mine d'Azufre au pied du volcan Puracé, et les rivières Negro, Ejido, Blanco, Hondo, Saté et Clarete font également partie de cette mosaïque hydro-sociale qui traverse la municipalité de Popayán d'est en ouest.

L'eau nous interpelle, nous parle, nous rappelle par sa propre voix qu'elle est un élément vivant. L'eau est en mouvement constant, elle est nuage, mer et neige, rivières et lacs, pluie, rosée et sources. L'eau humidifie notre terre, la Pachamama, elle donne vie aux écosystèmes dont nous dépendons nous-mêmes, nous en faisons partie, nous coulons avec eux et nous devons les défendre.

L'eau est la naissance de la vie et, pour certains, un don de Dieu et une expression de la grâce de Dieu à perpétuité pour toute la création. Elle est une condition de base pour toute vie sur terre et doit être préservée et partagée pour le bénéfice de toutes les créatures et de la création en général. L'eau est une source de santé et de bien-être et exige une responsabilité de la part des êtres humains. L'eau est un élément présent dans pratiquement tous les êtres vivants à la surface de la terre. L'eau nous unit.

Nous voulons construire une démocratie de l'eau. Seule une relation éthique, réciproque, transparente, communautaire, non lucrative et désintéressée avec l'eau peut rendre possible la démocratie, la coexistence et la paix entre nous et l'eau. Au contraire, nous observons des processus qui veulent nous relier à l'eau par la violence, l'intérêt, l'appropriation et le mépris. Des processus qui veulent soumettre l'eau et la nature à la logique des marchés, dominés par la finance et les agents financiers à la recherche de nouvelles opportunités de marché pour les investissements et les profits privés. Ils utilisent la déréglementation de l'économie et le retrait de l'État et de son contrôle sur les entreprises, ils balayent tout ce qui est commun, tout ce qui est public et communautaire. Ils veulent piéger, dominer et soumettre l'eau.

Lire la déclaration intégrale en français, anglais, espagnol, italien et allemand