Halte aux massacres et aux atrocités à Gaza et dans tous les territoires occupés

Le Mouvement européen pour l'eau (EWM) condamne fermement l'invasion en cours de Gaza, le massacre, les blessures et la mutilation de civils innocents, dont près de la moitié sont des enfants, la privation d'eau, de nourriture, de carburant, de soins médicaux et d'autres produits essentiels, la répression, la ségrégation et la destruction systématique des maisons des Palestiniens dans tous les territoires occupés, et demande :

  • un cessez-le-feu immédiat
  • la fin de toute violence contre la population
  • des corridors humanitaires
  • la fin du régime de colonisation et d'apartheid d'Israël
  • la reconnaissance du droit à l'autodétermination du peuple palestinien.

L'EWM rappelle que le massacre aveugle de civils, la privation d'eau, de nourriture, de carburant, de soins médicaux et d'autres biens essentiels, l'expulsion forcée de personnes de leurs territoires, la destruction de leurs maisons sont en soi une violation du droit international et constituent des crimes de guerre.

Le refus d'accès à l'eau, en particulier, marque une intensification cruelle et inhumaine de l'apartheid de l'eau qui existe depuis longtemps dans les territoires palestiniens occupés. Israël contrôle aujourd'hui 87 % des ressources en eau de la région, détournant l'eau vers les habitations et les industries des colonies illégales et vers l'Etat d'Israël lui-même.

Pendant ce temps, les Palestiniens n'ont qu'un accès sporadique à l'eau, consomment bien moins que les normes minimales de l'OMS, n'ont aucun contrôle sur les ressources en eau et sont privés de la possibilité de développer leurs propres infrastructures. Pendant le blocus de Gaza, qui dure maintenant depuis 16 ans, la qualité de l'eau s'est détériorée au point que 97 % de l'eau est impropre à la consommation. Cette situation a eu de graves répercussions sur la santé publique, les habitants se tournant vers de l'eau insalubre provenant de puits surexploités et d'autres sources contaminées, ce qui a entraîné des taux élevés de mortalité infantile et maternelle et des niveaux élevés de maladies d'origine hydrique. C'était avant que l'approvisionnement en eau et en carburant, nécessaire au fonctionnement des usines de traitement de l'eau, en provenance de l'extérieur de Gaza ne soit coupé et avant la destruction d'infrastructures vitales par les bombardements israéliens en cours.

Après avoir averti les Palestiniens de quitter le nord de Gaza et les zones ciblées, Israël a continué à intensifier ses bombardements et ses troupes occupent le territoire. Les maigres volumes d'aide qui entrent dans le sud de Gaza sont insuffisants pour faire face à l'énorme impact de l'assaut israélien, alors que le nombre de victimes, de blessés et de mutilés augmente et que les Palestiniens luttent pour survivre au milieu de la destruction des hôpitaux, des écoles, des églises, des camps de réfugiés, des bâtiments des Nations unies et des organisations humanitaires, et des maisons encore occupées par plus de 2,2 millions de Gazaouis qui n'ont nulle part où aller, plus d'un million d'entre eux étant désormais déplacés.

L'eau, la nourriture et les soins médicaux sont des droits humains.

Gaza en a besoin MAINTENANT.

Mettez fin au siège, au blocus et à l'occupation !

La vie des Palestiniens compte ! Liberté pour le peuple palestinien !

 

Téléchargez notre déclaration en français, anglais, italien, espagnol et allemand.