Berlin devient « Blue Community » - une Journée mondiale de l'eau très particulière

Le 22 mars 2018, Journée mondiale de l'eau 2018, une décision de la Chambre des députés a fait de Berlin une « Blue Community ».

Par cette décision, le Land de Berlin s’engage à imposer dans la ville que l’approvisionnement en eau potable et le traitement des eaux usées soient des éléments constitutifs des Droits de l’Homme, ce qui suppose de mettre partout à la disposition du public des points d’eau potable et des toilettes gratuits. Des règles supplémentaires ont permis de conférer au système d’approvisionnement en eau le statut de bien public, de protéger les cours d’eau, canaux et lacs de Berlin, d’entretenir des partenariats internationaux et de faire préférer l’eau du robinet à l’eau en bouteille.

Sur ce dernier point particulièrement, sont proposés entre autres des projets aux écoles et aux universités, ce qui explique pourquoi le Sénat dans sa décision insiste tant sur l’importance du travail pédagogique dans le domaine de l’eau. Cela va des informations sur la qualité de notre eau courante comparée à celle de nombreuses eaux en bouteille, dont les tests ont révélé des qualités moindres, en passant par la réduction de déchets plastiques jusqu’aux informations sur « l’empreinte-eau », notamment en ce qui concerne nombre de denrées alimentaires et de marchandises que nous importons des pays du Sud.

Lire la suite...

Déclaration d'organisations et mouvements pour une gestion coopérative de l'eau à Thessalonique par les citoyens

 

Citoyens de Thessalonique,

alors que les processus de privatisation de l'eau (EYATH, EYDAP) sont à nouveau en marche,
alors qu'il est clairement perçu que l'attribution de nos affaires à des tiers (partis politiques, gouvernements et pouvoirs de toutes sortes) ne peut apporter de solutions au bénéfice de tous,
il est temps pour nous de réaliser que si nous ne mettons pas la gestion de l'eau entre les mains des citoyens eux-mêmes, personne ne nous sauvera !

Lire la suite...

Turin : La longue marche vers la remunicipalisation de l’eau

Le 9 octobre 2017, le Conseil municipal de Turin a inversé l’orientation politique des administrations précédentes et effectué la première démarche vers la remunicipalisation de l’eau de Turin Métropole[1]. La ville a ainsi franchi une nouvelle étape de sa longue marche vers la reprise de souveraineté sur le service hydraulique turinois, reconstruit dans l’après-guerre sur les ruines d’une ville en partie détruite par les bombardements des Alliés et les représailles de l’occupant Nazi contre la résistance démocratique populaire.

@ Forum Italiano dei Movimenti per l'Acqua

Lire la suite...

Après 25 ans, la gestion de l'eau à Rostock redevient publique

A Rostock, la plus grande ville du Land de Mecklembourg-Poméranie occidentale, la société municipale Nordwasser GmbH reprendra à partir du 1er juillet 2018 l'approvisionnement en eau et l'évacuation des eaux usées de Rostock et de 28 communes environnantes. Cela signifie qu'après 25 ans de gestion de l'eau de Rostock par un opérateur public-privé, celle-ci retournera dans les mains des autorités locales.

La société municipale Nordwasser GmbH remplace l'opérateur privé de longue date EURAWASSER Nord GmbH.

Nordwasser GmbH a été créée au printemps 2015 après la décision de la ville hanséatique de Rostock de ne pas prolonger le contrat d'exploitation avec EURAWASSER Nord, qui expire mi-2018. La société privée EURAWASSER Nord appartient au groupe multinational REMONDIS.

Selon Christa Hecht (Allianz der Öffentlichen Wasserwirtschaft) dans le livre Eau publique, eau d'avenir, "les municipalités ont dénoncé le manque de transparence de l’opérateur privé et l’impossibilité d’influencer sa gestion. Le prix de l’eau est environ 20 % supérieur à ce qu’il en est dans d’autres villes similaires, sans que cela ne se traduise en une meilleure qualité de service".

Communiqué de presse de Nordwasser GmbH

Le point sur l'eau en Grèce

Thessalonique, le 24 janvier 2018

Le 15 janvier, le Parlement grec a voté une loi pour adopter la 3ème évaluation de la Troïka. Entre autres, la loi inclut le transfert des sociétés de distribution d'eau (51%) directement au Superfund. Lorsque le Superfund a été créé, l'idée était que toutes les sociétés publiques seraient transférées à une société holding qui serait une filiale du Superfund. En fait, le nouveau scénario est pire que le précédent.

Un jour seulement après le vote au parlement, TAIPED (HRADF) a annoncé l'actualisation de ses projets de privatisation, dont 24% d'EYATH (société des eaux de Thessalonique) et 11% d'EYDAP (société des eaux d'Athènes). Depuis le 3ème mémorandum, il était prévu de vendre 23% d'EYATH; qui est maintenant devenu 24%, laissant le public avec seulement 50% + une action.

En septembre 2016, le Syndicat des travailleurs d'EYATH a poursuivi la Cour Suprême pour la création du Superfund et le transfert d'EYATH à ce dernier. Cette affaire sera jugée à la fin du mois de février. Maintenant, nous cherchons à savoir si le recours 2016 est cohérent avec le transfert qui a eu lieu le 15 janvier ou si nous avons besoin d'un nouveau recours!

Lire la suite...