Urgence coronavirus : Les gouvernements nationaux et les institutions européennes doivent garantir l'accès à l'eau et à l'assainissement pour tous

Bruxelles, 24 mars 2020

Les mesures prises en Europe pour contenir la propagation de la pandémie de coronavirus produisent un état d'exception où les personnes sont soumises à plusieurs interdictions et prescriptions. Nous devons rester chez soi et appliquer des recommandations strictes en matière d'hygiène, ce qui implique un accès garanti aux services d'eau et d'assainissement. Cependant, malgré cette situation d'urgence, nous n'avons pas encore lu dans les déclarations des institutions européennes la disposition la plus fondamentale en matière de santé et d'hygiène : l'accès à l'eau et à l'assainissement pour tous.

Si certains pays et régions en Europe ont décidé de suspendre les coupures d'eau, c'est parce qu'il existe un risque que les opérateurs du secteur de l'eau pratiquent une coupure même dans les situations d'urgence, c'est-à-dire pour les familles sans revenus, les squats, les campements de Roms et de migrants.

La résolution 64/292 de l'Assemblée générale des Nations unies (28 juillet 2010) reconnaît "le droit à l'eau potable et à l'assainissement comme un droit de l'homme essentiel au plein exercice de la vie et de tous les droits de l'homme". Dix ans plus tard, chaque État a garanti cette obligation de réaliser le droit humain à l'eau et à l’assainissement (HRWS) à un niveau minimum pour garantir la dignité de la vie.

Mais peu de choses ont été faites pour garantir pleinement le HRWS en Europe. Afin d'introduire le HRWS dans la législation européenne, 1 884 790 citoyens européens ont signé la première initiative citoyenne européenne. Aujourd'hui, 1 million de personnes n'ont toujours pas accès à l'eau et 8 millions de personnes n'ont pas d'installations sanitaires en Europe. Il est temps d'agir.

Comme le réclament les citoyens européens et comme l'indique l’application réglementaire du HRWS, les coupures d'eau constituent une violation des droits de l'homme, encore plus dangereuse pour la santé publique dans le contexte actuel.

Nous appelons donc les gouvernements nationaux et les institutions européennes à garantir le droit humain à l'eau et à l'assainissement pour tous. Cela implique l'adoption de diverses mesures :

  • Interdiction de toutes les coupures de l'eau
  • Suspension de la facturation de l'eau et de l'assainissement pendant la crise
  • Attention particulière aux situations d'urgence telles que l’accès à l’eau non réglementé dans les squats et les campements de migrants
  • Garantie des droits du travail et des conditions d'hygiène pour les travailleurs du secteur de l'eau et de l'assainissement
  • Coût de ces mesures non pas supporté par les citoyens mais par les opérateurs du secteur de l'eau et de l'assainissement.

Toutes ces mesures doivent être garanties par un règlement spécifique obligatoire.

De telles dispositions sont nécessaires dans une situation d'urgence, mais c'est aussi le moment d'améliorer systématiquement les normes pertinentes, par l'inclusion de ces exigences dans les directives sur l'eau (en particulier la directive sur l'eau potable et la directive-cadre sur l'eau) et l'introduction du droit à l'eau des Nations Unies dans la Charte européenne. L'approvisionnement en eau potable et la gestion des ressources en eau doivent par conséquent être exclus de la libéralisation et des accords sur le commerce et l'investissement.

La mise en œuvre effective du droit à l'eau et à l'assainissement est une exigence essentielle de la démocratie, mais c'est aussi un outil bénéfique et puissant pour la santé et le bien-être des personnes, pour la préservation de l'environnement et, enfin, pour l'économie. Si ce n'est pas maintenant, quand le faire ?

European Water Movement

Contacts

Lucio Gentili - gentili.lucio (at) yahoo.it
Dante Maschio - dante.maschio (at) esf-cat.org

Urgence coronavirus : le gouvernement italien doit garantir l'accès à l'eau et à l'assainissement pour tous

Rome, le 9 mars 2020

Il est clair que les mesures prises par le gouvernement pour contenir l’épidémie par le Coronavirus produisent un état d'exception et une mise en suspens substantielle de la démocratie.

Nous ne souhaitons pas nous lancer dans un raisonnement sur l'opportunité ou la nécessité de ces mesures, mais nous souhaitons plutôt mettre en évidence une contradiction qui pourrait avoir de graves répercussions sociales et sanitaires. 

Dans une situation où les citoyens sont littéralement noyés sous les interdictions et les prescriptions, dans l'effort collectif et individuel pour atténuer le risque de contagion, nous n'avons lu nulle part la disposition la plus élémentaire en matière de santé et d'hygiène : l'accès à l'eau pour tous et toutes.

Dans toute l'Italie, les responsables des services des eaux mettent en œuvre, avec des nuances diverses, la pratique de la coupure d’eau en cas de fraude ou d'autres irrégularités telles que celles identifiées par le tristement célèbre article 5 du décret Lupi qui refuse l'accès aux services publics essentiels, y compris l'eau, à ceux qui sont obligés de squatter pour se loger.

C'est une violation d'un droit de l'homme encore plus odieuse et dangereuse pour la santé publique dans le contexte actuel, où la première règle rappelée par tous est précisément l'hygiène.

Lire la suite...

Communiqué de presse de l'European Water Movement sur la réutilisation des eaux usées traitées en Europe

Bruxelles, 18 octobre 2019

Depuis la publication du Plan d’action de l’Union européenne en faveur de l’économie circulaire en 2015, cette dernière est au coeur des politiques économique et environnementale de l’Union européenne. La réutilisation des eaux usées traitées étant considérée comme une des formes d’économie circulaire les plus prometteuses, la Commission européenne a pris plusieurs mesures pour promouvoir cette pratique au sein de l’Union européenne, parmi lesquelles la rédaction en 2018 d’un Règlement relatif aux exigences minimales requises pour la réutilisation de l’eau. Ce Règlement a été adopté en 2019 par le Parlement européen et le Conseil avec un nombre très important d’amendements. Dans les prochaines semaines, les négociations dans le cadre du trilogue doivent mener à l’adoption de la version définitive du Règlement.

L’European Water Movement, dont la plupart des membres sont confrontés à des projets de réutilisation des eaux usées traitées sur leur territoire, souhaite faire plusieurs remarques sur le Règlement et plus généralement sur la promotion de la réutilisation des eaux usées traitées, notamment pour l’irrigation agricole. Il nous semble en effet que tout projet doit faire l’objet au préalable d’une étude évaluant sérieusement ses impacts sanitaires, environnementaux et économiques. Une des tâches de la Commission européenne devrait être de formaliser cette étude tant que faire ce peut, afin d’aider les Etats membres à mettre en œuvre uniquement des projets viables sur ces trois points. Les mesures y compris législatives prises jusqu’à présent par la Commission européenne sur la réutilisation des eaux usées traitées poussent plutôt à une simplification et un affaiblissement de l’étude d’impacts, avec un risque non négligeable de mise en œuvre de projets allant à l’encontre de certains des objectifs de l’économie circulaire.

Lire la suite...

Le réservoir du barrage d'Ilisu a atteint la ville de Hasankeyf - L'apocalypse est imminente !

Traduction en français de la déclaration de la Coordination Hasankeyf du 17 janvier 2020

Le remplissage du controversé barrage d'Ilisu se poursuit malgré les critiques et les protestations véhémentes des communautés touchées le long du Tigre et des organisations de la société civile de toute la Turquie. Il y a presque deux semaines, le réservoir du barrage a atteint la ville de Hasankeyf, vieille de 12 000 ans, qui est l'un des plus magnifiques sites du patrimoine culturel et naturel de notre planète. L'apocalypse planifiée par le gouvernement turc devient lentement réalité !

Situation dans la vallée du Tigre

Pris au dépourvu et mal informés, les habitants de la vallée du Tigre, peuplée principalement de Kurdes, sont injustement contraints d'émigrer de leur terre natale. De nombreuses personnes, en particulier dans la province de Siirt, ont dû évacuer leurs villages sans prendre certains de leurs biens parce que l'eau montait rapidement.

Ce qui a été critiqué par nous et par d'autres au cours des deux dernières décennies se déroule petit à petit et les personnes déplacées sont confrontées à la paupérisation dans les nouveaux lotissements cibles. Alors qu'il est prévu d'inonder complètement 85 villages et partiellement 124 autres, la Direction nationale de l'eau (DSİ) n'a construit que quatre nouveaux lotissements, ce qui oblige des dizaines de milliers de personnes à émigrer vers Siirt, Batman, Diyarbakır et d'autres grandes villes avec de maigres indemnités. Parmi eux, plus de dix mille personnes sans terre n'ont reçu aucune compensation. Ces personnes ne sont soutenues ni par la DSİ, ni par les municipalités nommées par le gouvernement.

Situation à Hasankeyf

Après s'être approché du centre du district de Hasankeyf fin décembre, le niveau d'eau du barrage d'Ilisu a augmenté depuis juillet. Environ 35 villages ont déjà été inondés au cours des derniers mois.

Alors que des centaines de familles ont été évacuées une par une depuis août 2019, de Hasankeyf vers New Hasankeyf - le site de réinstallation situé à 2 km au nord, 40 familles vivaient encore dans le vieux Hasankeyf au cours des deux derniers mois. Ces familles devenues sans abri ne savaient pas où amener leurs animaux. Elles n'avaient accès qu'à une maison de thé et à une épicerie. Ne recevant de l'eau qu'une heure par jour, ces familles subissent maintenant un déplacement forcé. Leur nombre diminue avec l'inondation progressive de la ville.

Quand le bazar historique a été démoli avec des engins de construction en novembre, Hasankeyf a reçu un autre coup. La démolition du bazar a mis à jour des structures remontant à 2 mille ans. Les " fouilles de sauvetage " de ces structures, entreprises par le ministère de la Culture, ont suscité des critiques.

Les engins de construction continuent de détruire le patrimoine historique dans d'autres sites et la barrière de 80 mètres de haut érigée autour du château de Hasankeyf constitue un crime en termes de paysage.

Les gens qui ont déménagé à New Hasankeyf ne sont pas satisfaits de leur situation. Comme les touristes ne viennent ni dans l'ancien ni dans le nouveau Hasankeyf, des milliers de personnes ont des revenus nettement inférieurs et risquent de se retrouver au chômage. En plus des difficultés financières, un autre problème important est que l'eau du robinet est imbuvable à New Hasankeyf. C'est pourquoi de nombreuses personnes transportent quotidiennement de l'eau potable de Hasankeyf à New Hasankeyf. Alors que les habitants de Hasankeyf vivaient autrefois dans et avec l'eau, ils ont maintenant des difficultés à accéder à l'eau potable. Si les gens n'ont pas de possibilités d'emploi et si le problème d’accès à l'eau potable persiste, il est probable que les gens devront également émigrer de New Hasankeyf. Si cela se produit, la grande majorité de la population de New Hasankeyf ne sera pas composée de personnes locales. Les habitants de Hasankeyf sont plus que jamais opposés au projet Ilısu.

Nous pouvons l’arrêter malgré tout

Les personnes directement touchées de Hasankeyf et des 199 villages s’élèvent plus que jamais contre le projet Ilisu alors qu'elles subissent les impacts sociaux, culturels et écologiques désastreux qui étaient prévisibles. Presque toute la société dans les provinces touchées du bassin du Tigre considère ce projet de destruction, d'exploitation et de domination comme une grande perte et une terrible oppression.

Nous pouvons mettre fin à l'apocalypse qui se déroule dans la vallée du Tigre malgré toutes les destructions déjà causées. Nous répétons inlassablement qu'il n'est jamais trop tard pour Hasankeyf et le Tigre. Peu importe à quel moment nous abandonnerons le projet Ilısu, ce sera pour notre bien et celui des générations futures !

En 2019 en Turquie, des groupes plus divers que jamais se sont opposés au projet Ilısu et ont déclaré que Hasankeyf devait être sauvé. Chaque personne et organisation doivent réitérer cette déclaration et demander au gouvernement de cesser de remplir le barrage d’Ilısu. C'est urgent, nous n'avons pas de temps à perdre ! 

Contacts

Twitter (turc et anglais) : @HasankeyfKoord - @hasankeyfdicle
Facebook (essentiellement turc) : @hasankeyfyasatmagirisimi
Email: hasankeyfgirisimi (at) gmail.com
Site web (turc et anglais) : http://www.hasankeyfgirisimi.net

Les premiers jours de remplissage du réservoir du barrage à Hasankeyf

 

Positionnement de la RAP sur les propositions de programme gouvernemental du PSOE et de UP

 

La Red Agua Pública (RAP) déplore que les propositions présentées par le Parti Socialiste (PSOE) et Unidas Podemos (UP) pour l’adoption d'un programme gouvernemental n'incluent pas ses revendications fondamentales sur le cycle intégral de l'eau urbaine.

La RAP, bien qu'elle n'ait pas été consultée lors de la rédaction de ces deux documents, avait adressé ses revendications aux deux formations politiques.

À l'occasion des négociations visant à convenir d'un éventuel programme gouvernemental, le PSOE et UP ont récemment publié des documents résumant leurs approches programmatiques respectives. À la fin du mois d'août, UP a présenté ses propositions de reprise du dialogue en vue d'un accord global de coalition gouvernementale, tandis que le PSOE a présenté au début du mois de septembre sa proposition ouverte pour un programme commun progressiste. La RAP se déclare préoccupée par le fait qu'elle n'a pas été consultée lors de la rédaction des deux documents et, en particulier, parce que les documents susmentionnés n'incluent pas ses demandes concernant le cycle intégral de l'eau urbaine, malgré qu'elle les ait transmises au PSOE et à UP, de même qu'aux autres partis représentés au parlement.

Lire la suite...