25 items tagged "Espagne"

Résultats 1 à 20 sur 25

L'irrigation en Espagne

Category: Vidéos
Créé le mercredi 30 septembre 2020 16:42

Lors de la journée consacrée à l'irrigation agricole, organisée par France Nature Environnement Languedoc-Roussillon le 30 septembre 2020, Annelies Broekman (CREAF, Université Autonome de Barcelone) a présenté la situation de l'irrigation en Espagne.

Le fichier pdf de la présentation en français
Le fichier pdf de la présentation en espagnol

Pollution par le purin des sources d’Osona et Lluçanès en 2020

Category: Focus par pays et ville
Créé le mercredi 6 mai 2020 18:12

Le Grup de Defensa del Ter analyse la concentration en nitrates dans des sources situées dans les comtés d'Osona et de Lluçanès depuis 19 ans et cette année, le record historique de la concentration en nitrates a été battu dans l'une de ces sources. L'analyse a été possible grâce à 53 volontaires du Grup de Defensa del Ter qui ont visité 164 sources, dont 13 ne coulaient pas. La concentration moyenne en nitrate était de 72 mg/l, alors que l'OMS a fixé la limite de potabilisation de l’eau à une concentration en nitrates de 50 mg/l. La valeur moyenne cette année est légèrement inférieure à celle de 2019, qui était de 76 mg/l, bien que la différence ne soit pas suffisamment significative pour supposer qu'il y a eu une réelle baisse de la pollution. Nous avons encore près de la moitié des sources contaminées, soit environ 45%.

La source Gana de Calldetenes avec 492,2 mg/l de nitrates a été la plus polluée cette année, battant le record historique depuis le début des analyses en 2002, suivie de deux sources habituellement sur le podium, la source Gallisans de Santa Cecília de Voltregà, avec 465,8 mg/l, et en troisième position, la source Cassanell de Taradell, avec 344,80 mg/l. L'année dernière, le premier prix avait été décerné à cette dernière source, avec 456,8 mg/l. Cette année, cependant, la source Gana est à près de 500 mg/l de nitrate, une valeur 10 fois plus élevée que ce que l'OMS autorise pour la potabilisation de l’eau. C'est sans aucun doute la valeur la plus élevée que nous ayons trouvée en 19 ans d’analyse des sources.

Lire la suite en catalan sur le site web du Grup de Defensa del Ter

Mesures d'urgence

Category: Communiqués de presse
Créé le lundi 23 mars 2020 22:47

Traduction en français du communiqué #MedidasDeEmergencia

23 mars 2020

Nous, les organisations à l’initiative du Plan de Choc Social, nous considérons que le « Décret-loi royal 8/2020 du 17 mars, prenant des mesures urgentes extraordinaires pour faire face à l’impact économique et social du COVID -19 » est très loin de parvenir à protéger la majorité de la société et, en particulier, de la classe ouvrière.

Si le gouvernement ne souhaite vraiment laisser personne au bord du chemin, comme ce fut le cas en 2008, il doit élargir sa vision. Il y a des mesures qui doivent être appliquées de toute urgence pour ne plus mettre des vies en danger et éviter un effondrement sanitaire et social.

Le gouvernement doit écouter les centaines de syndicats, d’organisations et de plateformes antiracistes, féministes, écologistes et sociales qui exigent une sortie de cette crise à la fois sanitaire, sociale, climatique, écologique et économique, et que la vie soit au centre des préoccupations et non les bénéfices des grandes entreprises.

Laisser aux mains de la seule bonne volonté de l’IBEX 35, des spéculateurs et d’autres pouvoirs économiques, la protection de la société et de l’environnement n’est pas une option acceptable si on veut éviter l’accroissement des inégalités sociales, la dégradation climatique et la destruction des droits.

Nous résumons ci-après quelques mesures urgentes que nous exigeons et que nous allons défendre grâce à la solidarité, l’organisation collective et la mobilisation :

Les tribunaux tranchent en faveur d'Agbar, mais ce n'est pas fini!

Category: Focus par pays et ville
Créé le vendredi 27 décembre 2019 15:57

19 décembre 2019.

La décision de la Cour suprême de justice espagnole qui devait faciliter la remunicipalisation de la gestion de l’eau à Barcelone reprend les arguments d’Agbar et valide un modèle opaque et irrégulier.

En 2012, l’aire métropolitaine de Barcelone (AMB) a créé la société d’économie mixte Aigües de Barcelona, qui gère les services d'eau dans 23 municipalités de l’aire métropolitaine.

Positionnement de la RAP sur les propositions de programme gouvernemental du PSOE et de UP

Category: Communiqués de presse
Créé le mercredi 18 septembre 2019 14:09

 

La Red Agua Pública (RAP) déplore que les propositions présentées par le Parti Socialiste (PSOE) et Unidas Podemos (UP) pour l’adoption d'un programme gouvernemental n'incluent pas ses revendications fondamentales sur le cycle intégral de l'eau urbaine.

La RAP, bien qu'elle n'ait pas été consultée lors de la rédaction de ces deux documents, avait adressé ses revendications aux deux formations politiques.

À l'occasion des négociations visant à convenir d'un éventuel programme gouvernemental, le PSOE et UP ont récemment publié des documents résumant leurs approches programmatiques respectives. À la fin du mois d'août, UP a présenté ses propositions de reprise du dialogue en vue d'un accord global de coalition gouvernementale, tandis que le PSOE a présenté au début du mois de septembre sa proposition ouverte pour un programme commun progressiste. La RAP se déclare préoccupée par le fait qu'elle n'a pas été consultée lors de la rédaction des deux documents et, en particulier, parce que les documents susmentionnés n'incluent pas ses demandes concernant le cycle intégral de l'eau urbaine, malgré qu'elle les ait transmises au PSOE et à UP, de même qu'aux autres partis représentés au parlement.

Aire métropolitaine de Barcelone: Engagement pour une eau publique et démocratique

Category: Focus par pays et ville
Créé le vendredi 15 mars 2019 00:10

Traduction en français de la lettre d'engagement du Moviment per l’Aigua Pública i Democràtica

La croissance de la ville de Barcelone l'a obligée à s'étendre au-delà de ses propres murs et à urbaniser dans le district de l'Eixample. Depuis lors, la gestion de l’eau a principalement été confiée au secteur privé et s'est développée de cette manière dans la majorité des villes de la grande métropole. Malgré cela, en 2010, un tribunal de Barcelone a jugé qu'il n'y avait pas un véritable marché public pour réglementer cette gestion. Deux ans plus tard, en 2012, le conseil de l'aire métropolitaine de Barcelone (AMB) a créé une société d’économie mixte avec pour partenaire la Sociedad General de Agua de Barcelona (groupe AGBAR) pour gérer le cycle urbain de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement.

En 2016, la création de la société d’économie mixte a été annulée par la Cour Suprême de Catalogne (TSJC) en raison de diverses irrégularités : il n'y avait pas eu d’étude justifiant la raison pour laquelle la gestion publique-privée était la meilleure option ; le contrat a juste été "transmis" - concédé sans appel d'offres – à l’actionnaire privé de la société d’économie mixte ; et enfin, l'évaluation des actifs a été très manifestement en faveur d’AGBAR. La décision du TSJC sera examinée dans les prochains mois par la Cour suprême d'Espagne, qui a l'obligation de rendre un verdict définitif. Si ce verdict se prononce contre la société d’économie mixte, ce serait l'occasion parfaite de remunicipaliser à nouveau l'eau des communes de l’AMB.

La Red Agua Publica soutient le processus de remunicipalisation dans l’intercommunalité de Los Molinos, Badajoz

Category: Focus par pays et ville
Créé le mercredi 9 janvier 2019 22:40

 

dénonce les obstructions de l'ancien concessionnaire et la désinformation de la Fédération de l'Industrie, de la Construction et de l'Agro de l’UGT Extremadure.

Le 1er janvier 2019, l’intercommunalité de Los Molinos a remunicipalisé le service d'approvisionnement en eau en le confiant au Consorcio de Gestión de Servicios Medioambientales de la Diputación de Badajoz (Promedio) après l'expiration, le 31 décembre, du contrat en vigueur depuis 25 ans avec la société Aqualia. Ainsi, le système d'approvisionnement en eau potable de 60 000 habitants de douze localités est revenu à la gestion publique directe.

L'avenir de l'eau publique à Terrassa commence aujourd'hui avec l'effort et la participation de tous

Category: Focus par pays et ville
Créé le lundi 10 décembre 2018 22:34

Traduction en français du communiqué de la Taula de l’Aigua de Terrassa concernant la création de la société "TAIGUA-EPEL", chargée de la gestion publique du service d'approvisionnement en eau potable pour les citoyens de Terrassa. Le 10 décembre 2018 est un moment historique pour la ville et une date à retenir. 

Avec l’effort et la participation de tou(te)s, le futur de l’eau publique commence aujourd’hui.

La remunicipalisation de l’eau est le résultat d’un long et intense processus qui a eu pour moteur principal la participation citoyenne. Pose d'une première pierre avec les signataires du "Pacte pour la gestion publique de l'eau à Terrassa", avec 8 000 signatures de citoyens, grâce au travail effectué par le biais d'entités et de collectifs de citoyens rassemblés dans le cadre du Consell d'Entitats de Accion Citoyen et du Parlamento Ciudadano de Terrassa. En tant que Taula de l’Aigua de Terrassa, nous ne pouvons que commencer ce communiqué en remerciant cet ensemble d’entités et de collectifs, plus particulièrement l’AFPT et les Associations de Veïns, l’Observatori Ciutadà Municipal, le PAH-APE et l’Espai Drets, et aussi le XES et les collectifs Iaïoflautes et Casal de la Dona, avec la complicité de Dones d'Aigua. Un remerciement très spécial également à l’ensemble du réseau d’Aigua és Vida et à l’European Water Movement Mouvement, acteurs essentiels.

Le Parlement espagnol ouvre le robinet de la remunicipalisation de l'eau malgré les votes contre du PP et de Cs

Category: Nouvelles diverses
Créé le jeudi 15 novembre 2018 21:43

Traduction en français d'un article du journal El Salto.

Un vote serré, avec l'absence de plusieurs députés du Parti Populaire, adopte une proposition de En Comú Podem pour aider les municipalités à gérer et récupérer le cycle intégral de l'eau.

Les mairies pourront récupérer la gestion directe de l'eau. Tel était le principal résultat de la proposition présentée par En Comú Podem (ECP, la branche catalane de Podemos) et adoptée aujourd'hui après les votes en faveur de tous les groupes parlementaires, à l'exception du Parti Populaire et de Ciudadanos - qui ont voté contre - et du PDeCAT (la droite indépendantiste catalane) - qui s’est abstenu.

Le résultat serré du vote - 167 voix contre 165 - a été rendu possible par le fait que plusieurs membres du PP n'étaient pas présents lors du vote. En outre, deux membres du PDeCAT se sont abstenus.

La proposition, qui a été défendue en plénière par la députée d'ECP Alicia Ramos, demandait au gouvernement de modifier la loi de stabilité budgétaire et de viabilité financière et la loi de rationalisation locale, lois qui limitent l’autonomie des municipalités à gérer et/ou récupérer la gestion du cycle de l’eau. Ces changements proposés par ECP misent sur une plus grande autonomie locale des municipalités pour qu'elles puissent gérer "l'ensemble du cycle de l'eau, mais en donnant la priorité à la consommation humaine", explique le groupe parlementaire dans un communiqué.

Règlement de l'Observatoire de l'Eau de Terrassa

Category: Focus par pays et ville
Créé le dimanche 28 octobre 2018 15:24

19 juillet 2018

Traduction en français du Reglament de l'Observatori de l'aigua

Municipalité de Terrassa

Secteur du territoire et de la durabilité
Service de l'environnement

PREAMBULE

Conformément aux objectifs de service public d'approvisionnement en eau de Terrassa, figurant dans le Rapport justificatif pour la détermination du mode de gestion du service, approuvé le 22 mars 2018 par le Conseil municipal, avec la volonté politique d'améliorer la gouvernance de la ville en élargissant la participation, la collaboration et la concertation avec les citoyens et les acteurs sociaux, suite à l'initiative citoyenne qui a impulsé le processus de changement du mode de gestion du service, le présent règlement définit et réglemente un nouvel espace de participation afin d’initier une nouvelle étape et définir une nouvelle culture de la participation citoyenne dans la gestion des biens communs de la ville.

Ce nouvel espace prend le nom d'Observatoire de l'Eau de Terrassa et est conçu comme un organe participatif qui fonctionnera de manière autonome, avec son propre plan d'action et des moyens suffisantes pour être en mesure de remplir ses fonctions et d'atteindre ses objectifs, dans le respect des critères démocratiques établis par la Municipalité de Terrassa.

Agbar poursuit Aliança contra la Pobresa Energètica devant les tribunaux

Category: Communiqués de presse
Créé le lundi 7 mai 2018 11:27

L'entreprise privée dénonce trois militants pour une action menée en février dernier, essayant ainsi d'empêcher la lutte pour le droit d'accès à l'eau et à l'énergie.

Barcelone, 7 mai 2018

En tant qu'APE (Aliança contra la Pobresa Energètica) nous avons oeuvré depuis notre création pour arrêter les coupures d'eau, d'électricité et de gaz en Catalogne et nous avons affronté les grandes multinationales pour exiger la protection de droits aussi essentiels que l'accès à l'eau et à l'énergie. Nous sommes parvenus, conjointement avec la PAH (Plataforma d'Afectats per la Hipoteca) et l'ODESC (Observatori de Drets Econòmics Socials i Culturals), ainsi qu'avec le soutien de nombreuses autres entités et groupes, à promouvoir une loi qui a mis fin à plus de 40.000 coupures en Catalogne et nous avons placé les entreprises de fourniture d'eau, d'électricité et de gaz au centre du problème, en désignant ces entreprises aux bénéfices multimillionnaires, comme responsables d'un fléau qui touche plus de 10% de la population en Catalogne.

Aigües de Barcelona (Groupe Agbar-Suez) a décidé aujourd'hui de traduire en justice trois militants de l'APE pour une action revendicative qui a eu lieu dans ses bureaux commerciaux de Barcelone le 27 février dernier. Par cette action, Agbar démontre qu'elle va à l'encontre de ceux qui défendent les droits des citoyens et choisit la voie de la répression contre la société civile organisée.

Des organisations environnementales et sociales ainsi que des conseillers municipaux du district de Baix Llobregat conviennent de créer la Taula del Llobregat

Category: Communiqués de presse
Créé le mardi 24 avril 2018 10:05

Ils partagent le désir de construire un large mouvement citoyen qui couvre l'ensemble du bassin versant où le besoin d'un fleuve Llobregat vivant rencontre le mouvement social pour l'eau bien commun.

Terrassa, avril 2018

Lors d'une réunion tenue à Terrassa en avril dernier, divers acteurs liés au Llobregat se sont rencontrés, convoqués par la Taula de l’Aigua de Terrassa et par ProuSal! avec l'intention de promouvoir une Taula de conca (plateforme de bassin versant), informant comme l'eau s’écoule de la source à l'embouchure.

Ont participé à cette première réunion, les conseillers municipaux de Cornellà, Abrera, Olesa et Rubí, ainsi que les organisations Aigua es Vida, Martorell Viu, Xarxa per una Nova Cultura de l'Aigua (XNCA) Ecologistes en Acció de Catalunya (EEAC), le Grup de Defensa del Ter (GDT), le Moviment Ecologista Sant Feliu (MES), le groupe Alternativa d'Unitat Popular (AUP) de Rubí et la Societat Esportiva de Pescadors d'Abrera. Étaient également présents pour l'Université, la Chaire UNESCO en durabilité (CUS) de l'UPC, des représentants de l'Institut des sciences et technologies environnementales (ICTA), ainsi que deux techniciens du Conseil municipal de Terrassa.

Attac France dénonce une atteinte à la démocratie locale et à la remunicipalisation de l’eau par le gouvernement espagnol

Category: Focus par pays et ville
Créé le jeudi 18 mai 2017 18:13

Par le biais du projet de budget de l’année prochaine qui est actuellement discuté au parlement, le gouvernement espagnol tente d’imposer aux municipalités une barrière supplémentaire à la remunicipalisation de leurs services d’eau et d’assainissement. Cette tentative s'inscrit dans la stratégie de reconquête des services locaux par les entreprises privées et les politiciens qui les soutiennent partout en Europe.

Les municipalités dirigées par le parti populaire en déléguant leurs services publics à des entreprises privées (essentiellement Agbar, filiale de Suez, et Aqualia pour les services de l’eau et de l’assainissement) sous la forme de concessions, ont fait de l’Espagne un des pays européens où la privatisation des services locaux est la plus avancée. Mais les dernières élections municipales qui ont vu plusieurs villes gagnées par des coalitions de gauche soutenues par les mouvements sociaux issus du 15M, ainsi que les nombreuses affaires de corruption dans l’attribution de concessions impliquant des maires du parti populaire, sont en train de changer la donne. Plusieurs municipalités comme Valladolid et Terrassa ont choisi de faire gérer leur service d’eau par un opérateur public et donc de ne pas renouveler le contrat de concession qui les liait à une entreprise privée ; et d’autres comme la métropole de Barcelone se préparent à le faire. De plus, il y a souvent la volonté politique de rendre la gouvernance du nouvel opérateur public plus démocratique et ouverte à la société civile, afin de contrôler que cet opérateur public agit bien en fonction de l’intérêt général et non pas dans une logique de profit.

Pour contrer cette vague de remunicipalisation, le gouvernement espagnol (c’est à dire le parti populaire allié au secteur privé) a introduit une clause (numéro 27) dans le projet de budget qui interdit le transfert dans le nouvel opérateur public du personnel travaillant auparavant pour l’opérateur privé. La reprise du personnel qualifié de l’ancien opérateur privé garantit une bonne continuité de service lors du passage en gestion publique. En France, les grandes régies publiques récemment crées ont toutes repris du personnel de l’ancien délégataire privé. Interdire la reprise du personnel rend la remunicipalisation plus difficile et plus risquée, tout en étant une attaque directe contre la démocratie locale et le droit des travailleurs.

Renversement de tendance: L’Espagne en marche vers la remunicipalisation de l’eau

Category: Focus par pays et ville
Créé le jeudi 11 août 2016 19:49

11 août 2016.

Il y a tout juste un an, nous discutions sur la façon dont l'Espagne résistait à la dernière vague de privatisation de l'eau, à la suite des politiques d'austérité et de la dette, assaisonnées de scandales de corruption.

Mais à la suite des élections municipales et régionales il y a un an, la tendance s’est inversée. En réaction à la crise à long terme, aux attaques contre les services publics et à la corruption dans les partis traditionnels, de nombreux mouvements de citoyens se sont organisés pour se présenter aux élections, avec un grand succès à Madrid, Barcelone, Saragosse, Ferrol, Santiago, Cadix, La Corogne et Valence, parmi d'autres. 

L'une des principales réalisations de ces mouvements a été d'introduire dans l’opinion publique le débat sur la façon de gérer les services publics, comme ceux de l'eau. À la fin de 2015, 57% de la population en Espagne recevait l'eau du robinet d'un opérateur privé. Une des conséquences les plus inquiétantes est que plus de 500.000 familles reçoivent chaque année un avis de coupure d’eau, selon les données de l'association espagnole des opérateurs d’eau publics.

Valladolid, une ville d'environ 300.000 habitants, capitale de la région nord-ouest de Castilla y León, a fait le premier grand pas il y a quelques semaines. Le conseil municipal a annoncé que la ville allait récupérer le contrôle public de la gestion de l'eau, 20 ans après la privatisation de Aguas de Valladolid, lorsque le contrat expirera en Juillet 2017. Aguas de Valladolid fait actuellement partie du groupe AGBAR-Suez. Les raisons de cette remunicipalisation est une rengaine déjà entendue: sous-investissement dans les infrastructures, tarifs élevés et manque de contrôle démocratique sur une ressource aussi importante... Ce sont les mêmes problèmes qui ont conduit plus de 200 villes à travers le monde à reprendre le contrôle de leurs services d'eau au cours des 15 dernières années.

Journée Mondiale des Zones Humides: L'European Water Movement appelle à défendre le Delta de l'Ebre

Category: Communiqués de presse
Créé le mercredi 27 janvier 2016 13:48

Bruxelles, 2 février 2016

L'EBRE

L'Ebre est le troisième plus long fleuve de la Méditerranée, après le Rhône et le Nil. Il traverse 9 Communautés Autonomes avant de se jeter dans la Méditerranée où il forme le Delta de l'Ebre (Catalogne).

Le Delta de l'Ebre est une des dernières grandes zones humides littorales en Europe. Cette zone de delta de près de 8000 ha a été déclarée Parc National, reconnue comme étant d'importance internationale par la Convention de Ramsar sur les zones humides, reconnue comme Zone de Protection Spéciale pour les Oiseaux (SPAB - 79/409/CEE), comme Zone d'Intérêt Communautaire (CIA - 85/337/CEE) et comme Réserve de la Biosphère par l'UNESCO. 

LE PROBLÈME

La consommation d'eau intensive tout au long du bassin de l'Ebre a soumis le fleuve à une forte pression et affecte son fonctionnement écologique. En particulier, le Delta, partie la plus vulnérable du fleuve, subit une réduction drastique de l’afflux d'eau et de sédiments. Cela conduit à l'affaissement de toute la zone du delta, qui s'abaisse actuellement à une vitesse de 0,3 cm par an. Les prévisions de changement climatique indiquent clairement que ce phénomène, conjointement à l’élévation du niveau de la mer, provoquera la disparition de 80 % de ce territoire au cours du prochain siècle.

Carte de l'Eau en Catalogne

Category: Focus par pays et ville
Créé le mercredi 17 juin 2015 14:48

aigua es vida

Qu'est-ce que la Carte de l'Eau en Catalogne ?

La Carte de l'Eau en Catalogne est une initiative qui a pour objet d'approcher la réalité de la gestion de l'eau et ses répercussions en Catalogne. Les données renvoyées par les différentes couches de la carte sont en constante mise à jour grâce aux données (souvent insuffisantes) que les organismes publics fournissent, ainsi que celles que nous pouvons obtenir au moyen de la collaboration citoyenne. Eau en Catalogne prétend donner une photographie instantanée de l'état actuel de la gestion de l'eau, de sa qualité, de la transparence des données et, en dernière instance, une compilation de toute l'information qui devrait être en accès public.

Espagne: un million de foyers en difficultés de paiement des factures d’eau en 2013

Category: Nouvelles diverses
Créé le mercredi 29 octobre 2014 16:35

AEAS, l'Association espagnole de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement reconnaît qu'en Espagne 970 000 foyers ont reçu un avis de coupure d'eau durant la dernière année. AEAS extrapole ce chiffre à partir d'une enquête portant sur 100 000 compteurs d'eau. Selon AEAS, pour ces 100 000 compteurs, il y aurait eu 5128 avis de coupure d'eau et 180 finalement exécutés.

Si ces chiffres sont justes, cela représenterait le double des calculs effectués par les organisations de défense de l’eau comme droit humain. Elles ont lancé cette année une campagne alertant sur le fait qu’un demi-million de foyers sont dans l’impossibilité de payer leur facture en Espagne. De fait, dans la logique des chiffres de l’AEAS, 50 000 foyers seraient sous la menace de coupures préventives d’eau, soit 3 500 familles privées d’accès à l’eau potable chaque mois.

Note sur la situation de Canal Gestion S.A.

Category: Focus par pays et ville
Créé le lundi 20 octobre 2014 22:03

Traduction en français d'un article de la Plateforme contre la privatisation du Canal Isabel II

La société anonyme s'endette, le service public se dégrade, tandis que les actionnaires augmentent leurs dividendes.

En juillet et août 2014, certains médias ont rapporté que la société anonyme Canal d'Isabelle II Gestion (auparavant Canal Gestion S.A.) était en train de réaliser des enquêtes pour faire appel au marché de la dette, par le biais de l’émission d'obligations, sans que soient connues les causes ni les objectifs de ce financement. Au début de septembre, 5 Días annonçait que le processus d'émission d'obligations était très avancé aussi bien pour Eaux de Barcelone (Agbar) que pour Canal Gestion. Dans le cas du Canal, la Banque de Santander, BBVA, Société Générale, Caixa Bank et la britannique HSBC avaient été contactés. Le périodique commentait l'utilisation de cette forme de financement, comme un moyen de diminuer la dépendance au financement bancaire. Une fois de plus, Canal Gestion est en train de réaliser une opération de grande envergure, qui peut avoir une incidence négative sur le futur de la société, avec une opacité totale et sans que l'Assemblée de Madrid n'en ait connaissance, ni bien sûr les citoyens.

L'approbation du Décret sur la Redevance de l'eau serait une fraude démocratique

Category: Focus par pays et ville
Créé le dimanche 13 juillet 2014 09:37

Communiqué de la plate-forme Aigua es vida

9 juillet 2014.

Nous demandons à toutes les forces politiques du parlement qu'elles n'accordent pas demain un chèque en blanc au gouvernement néolibéral de CiU

Demain le Parlement de Catalogne met au vote un Décret Loi sur la Redevance de l'eau dont on nous explique pour l'essentiel qu'il s'agira d'une convention entre l'Agence Catalane de l'eau (ACA) et l'Aire Métropolitaine de Barcelone (AMB) dans laquelle l'ACA cédera les revenus provenant de la redevance de l'eau à l'AMB pendant une période maximum de 30 ans; en échange il sera versé un paiement unique en compensation. Nous pouvons extraire quelques éléments de cette convention secrète :

Alcàzar de San Juan continue à se battre pour l'eau publique

Category: Focus par pays et ville
Créé le mardi 25 février 2014 22:46

Les habitants d’Alcàzar de San Juan se sont enfermés dans la mairie pendant 72 heures pour exiger la tenue d’un référendum relatif à la privatisation de l’eau, exigence appuyée par 11000 signatures dans une municipalité comptant 32000 habitants. La mairie a répondu par le rejet de cette revendication et l’adjudication provisoire de l’eau de San Juan à Aqualia, une entreprise du groupe FCC (Fomento de Construcciones y Contratas) pour une durée de 25 ans.

Malgré la décision de la Mairie favorable à la privatisation prise grâce au vote préférentiel du maire qui départageait un résultat de 10 voix pour et 10 voix contre, la population d’Alcàzar manifestait à nouveau le Vendredi après-midi. Plus de 5000 personnes ont parcouru les rues en criant « oui, c’est possible ! », « si toi aussi tu prends la douche, prends part à la lutte ! » « l’eau ne se vend pas, elle se défend ! », « Ortega, démission ! », pour arriver au siège d’Aqualia avec la lecture d’un communiqué improvisé disant que le plus important dans l’action menée n’est pas la réponse reçue mais les questions posées et précisant que la mobilisation se poursuivrait.

EasyTagCloud v2.4 Free